Haneek.s Illustrations

Dis Haneek.s, tu voudrais bien partager un peu de toi avec nous ?

Bonjour, je suis Haneek.s. Je suis illustratrice et je décline mes images sur des articles originaux.

La marque Haneek.s, C’est tout simplement mon prénom Annick qui est transformé pour donner un aspect plus singulier 🙂

haneek croquis

La matière première est mon imagination et mes rencontres au quotidien.

Je souhaite que ce que je réalise ait un vrai sens pratique et symbolique pour les acheteuses

Les prix de mes articles est de 3 à 15€

Je ne souhaite rien changer de particulier. Je pense que l’on gagne à s’adapter aux soubresauts des sociétés et combattre à notre échelle la connerie humaine par de petits gestes de bienveillance.

rokaya haneek
La belle Rokhaya Diallo pose pour Haneek.S.

Un grand merci !  Encore un petit mot à rajouter ?

Heureuse de connaître ta démarche et espère en voir plus bientôt

Me too Annick, je suis fan !

La preuve en images 🙂

 

Tu peux retrouver les créations d’Annick sur le site Afrikrea.com 😉

Des bzzz

 

 

Le Restaurant Oh’Africa

Aujourd’hui on parle #Gastronomie #Food #Resto #Afro sur le blog !

LDBK AFRO 0

J’ai découvert il y 2 ans à peu près, un petit restaurant situé dans le marché Saint-Quentin en plein Paris 10 ème et j’ai pris l’habitude d’y manger une fois par semaine toujours les mêmes plats parce que c’est tellement bon et que tu ne t’en lasses pas ! JA-MAIIIIIIS 😂😂😂

Il y a quelques jours, j’ai donc proposé à Hervé, le gérant de faire un ptit Vlog ( visite filmée pour youtube toi aussi oooh 😂😂) sur place et il a gentiment accepté de nous offrir les boissons que nous avons toutes testées et a-do-rées avec une mention spéciale pour le Bissap et le jus de Baobab !
C’est donc un réel plaisir de vous en parler aujourd’hui…Attention ça va baver haha !

LDBK AFRO 59

VOICI LES PLATS !!!

Nous avons commandé un Poulet Curry-Coco, un Mafé boeuf et un haricot rouge ! à 9 € l’unité ! Les plats changent assez souvent et sont accompagnés de bananes plantains ou aloco et de riz au bol comme à la maison 💚

 

ET LES BOISSONS ?!  

La grande à 5 €, la petite à partir de 2 €

Le Bissap : Un peu rouge

Le Baobab – Corrossol : Le blanc

Le Gingembre : Couleur beige

Ce que j’aime : 

  • En plus de l’originalité de l’endroit, il faut que le petit resto est très accueillant et que la déco est AfroChic, je dirais même Afro Frenchie 😉
  • Les plats qui changent souvent justement
  • Les boissons afro qui ne piquent pas trop 😉 Oui, oui, je suis petite joueuse 😀
  • La viande est halal, c’est sympa quand on y va avec des amis musulmans
  • Il existe un option végétarienne (ça c’est pour moi) car la viande est toujours préparée à part ! 🙂
  • L’ambiance
  • Le personnel super détendu et cosmopolite ( indiens, blondes, asiatiques…j’adore !!!)

 

Ce que je n’aime pas :

  • C’est loin de chez moi haha 😀
  • Il manque un choix de poisson ou de légumes
  • Il ne prend pas la carte bleue

Et vous, est-ce que vous l’avez déjà testé ?  Racontez moi tout en commentaires, j’ai hâte d’avoir vos avis et vos propositions même.

Et, si vous y passez le midi ou même soir, dites un petit bonjour à Hervé de notre part ! Ça nous fera plaisir 🙂

LDBK AFRO 26Invitation !…Comme on dit au pays ….Clique sur l’adresse pour trouver ton chemin 😉 Je suis sympa, je te fais un petit coup de pouce haha

85BIS Boulevard Magenta Marché Saint Quentin 75010 Paris

 

Crédit photos : APDN / Au pays de nana ®2017

 

 

Confessions d’une sardine sans tête

Afro frenchies book time !!!!

Aujourd’hui je vous propose un voyage littéraire afro frenchie à souhait puisqu’il vous fera passer du Congo à Paris, c’est parti !

confessions-d-une-sardine-sans-tete-guy-alexandre-sounda

À la rencontre d’un auteur….

Originaire de Brazzaville, Guy Alexandre Sounda habite dans notre capitale et aime trainer son âme de poète dans le Sud (Italie, Côte d’Azur).

Organisateur de festival, professeur, animateur radio, metteur en scène …c’est un vrai touche à tout de l’art et de la culture.

Avant de le voir « pour de vrai », j’ai rencontré cet auteur à travers ses mots.

J’ai alors eu un vrai coup de cœur pour sa plume extraordinaire qui m’a fait découvrir le « papotage congolais », une profusion d’expressions toutes plus délicieuses les unes que les autres. Ma préférée ? : le quignon de sa maman (difficile de trouver un équivalent…à peine sorti de l’œuf peut-être)

Grâce à ma chronique littéraire sur la web radio Africaraibe (le lien est en fin d’article), j’ai eu la chance et le grand plaisir de l’interviewer. Simple et très accessible, cet échange fût éclairé par notre passion commune des mots. Un grand souvenir.

Un premier roman qui ne passe pas inaperçu…

Confession d’une sardine sans tête est une histoire atypique où le lecteur est invité à suivre les péripéties du personnage central : Fabius Mortimer Bartoza.

Un homme qui a tout pour être détesté : une sorte de vagabond alcoolique à moitié fou qui n’est autre chose qu’un meurtrier. Mais au fil des pages et des flash backs, on découvre un être pris dans l’histoire de son pays (le Congo) et spectateur, puis acteur presque malgré lui, d’une guerre qui détourne les hommes de leur humanité. On se surprend alors à rire de ses gaffes, sourire de sa malchance légendaire et finalement apprécier ce drôle de vagabond et son étrange lucidité.

Pour en avoir parlé avec lui, l’auteur, en toile de fond, propose une réflexion sur ses « autres » victimes d’une guerre fratricide, ceux qui resteront prisonniers à vie de leurs démons.

Certains passages m’ont particulièrement émue dont celui où le père du héros meurt par un acte de résistance qui peut sembler dérisoire…refuser d’effacer une moustache sur un tableau…(pour les petits curieux, vous retrouvez ce détail sur la couverture).

Mais que veut bien vouloir dire cette moustache étrangement posée sur le front ? Et surtout, qu’est ce qu’une sardine sans tête ?

Vous ne croyez tout de même pas que je vais vous le dire !? Je vous laisse plonger au cœur du livre et le découvrir au fil des pages…

Vous l’aurez compris, je vous conseille fortement cette lecture car j’ai beaucoup apprécié ce roman. Et je ne suis pas la seule….en effet, il a reçu la mention spéciale du grand prix d’Afrique noire 2016. D’ailleurs mon petit doigt m’a dit qu’il recevra bientôt un autre prix. Mais cela reste entre nous, pas vrai ?

Voilà, je vous laisse en vous souhaitant de belles lectures ici ou ailleurs. J’ai vraiment hâte de savoir si mon petit article vous aura donné envie de lire Confession d’une sardine sans tête et j’espère que nous pourrons entamer un papotage afro frenchie !

À bientôt mes petits croqueurs de mots !

Le livre et le carnet alias Lananaquibouquine

Référence : Confession d’une sardine sans tête Guy Alexandre Sounda

Editions sur le fil / Prix public : 17,90 Euros

Roman : 234 pages

Extrait :

Chut, écoute bien cette rumba, chère petite. Ecoute là comme je l’écoute, les yeux clos et la main sur le cœur, tu verras ce que je vois au-delà des fleuves et des montagnes, au-delà des villages en larmes et des terres humides, au-delà des convois qui se perdent dans des tunnels de lave et des bourgades entières qui crament sous les feux gras.

Vous pouvez écouter l’interview de Guy Alexandre Sunda dans les podcasts d’Africaraibe, Rubrique La page, chronique littéraire de Christel Gibilaro :

guy & chris